DIVPEL-DCP - Vers un protocole innovant d'observation et de suivi de la diversité de l'ichthyofaune en milieu pélagique côtier

Le projet est centré sur l'analyse de la diversité des espèces pélagiques et des juvéniles d'espèces coralliennes agrégées sous les Dispositifs de Concentration de Poissons (DCP) ancrés.

> Action GOPS 2012

Mots-clés : Biodiversité, Dispositifs de Concentration de Poissons, Ecosystèmes insulaires, Ichthyofaune, Milieu pélagique, Protocole d'observation

Porteur de projet : J. C. Gaertner, IRD - UMR 241 EIO

Budget: GOPS: 18 000 euros, Co-financement: UPF 8 000 euros, DRMM 10 000 euros, AAMP 200 000 euros

Zones géographiques : Polynésie française, Archipel de la Société, Archipel des Marquises

Contexte:

Une part importante des ressources patrimoniales et économiques de nombreux pays tropicaux dérivent de services d'origine écosystémique (S.O.E. - e.g. pêche, agriculture, qualité de l'eau, écotourisme, etc.) qui sont en grande partie dépendants de la « santé » et de la diversité des écosystèmes correspondants. Depuis plusieurs années, on observe une forte dégradation de nombreux écosystèmes dans le monde, consécutivement à l'effet combiné des pressions anthropiques et du changement climatique. Toutefois, malgré l'augmentation des menaces qui pèsent sur les écosystèmes tropicaux, et sur les S.O.E qu'ils produisent, les connaissances sur la réponse de la diversité face aux pressions naturelles et anthropiques restent parcellaires, en particulier à grande échelle. Cette situation est particulièrement marquée pour le milieu pélagique. Ainsi, en dépit de l'importance de ce milieu en termes de SOE (notamment à travers le rôle des pêcheries), les connaissances sur la structure et la réponse de la diversité des peuplements de poissons restent très faibles. Le retard accumulé dans ce domaine s'explique principalement par la grande difficulté d'échantillonner de manière précise et reproductible les données de base pour évaluer et suivre la diversité des poissons pélagiques.

Objectifs scientifiques :
- Proposer la première caractérisation de la biodiversité de l'ichthyofaune agrégée sous DCP ancrés en Polynésie française sur la base d'une approche multicomposante.
- Etablir la première analyse comparative inter-régionale des principales composantes de la diversité de l'ichthyofaune épipélagique à plusieurs échelles d'observation.
- Fournir les premiers résultats permettant de caractériser les spécificités de l'ichthyofaune épipélagique des Marquises sur la base d'une approche quantitative et standardisée (soutien au volet maritime du projet de classement des Marquises au patrimoine mondial de l'UNESCO).
- Tester et caractériser (limites/apports) un protocole de suivi innovant de la diversité des assemblages de poissons étudiés, en faisant un effort particulier pour adapter ce protocole au contexte des pays du Sud et des suivis à grande échelle spatiale.

Actions réalisées :
- Organisation de réunions et de groupes de travail.
- Recherche bibliographique.
- Définition et test d'un protocole d'observation.
- Recensements visuels sous DCP dans l'archipel de la Société.
- Développement d'outils statistiques et d'approches méthodologiques.
- Traitements des données

Résultats :

Centré sur la Polynésie française, le projet DIVPEL-DCP a constitué la première étude spécifiquement ciblée sur la diversité l'ichthyofaune en milieu pélagique dans la zone du Pacifique Sud. De fait, ce projet a apporté une contribution originale aux besoins d'inventaires de la diversité exprimés par de nombreux pays du Pacifique Sud, et notamment par la Polynésie française. Plus largement, il a permis de fournir une première image quantifiée et reproductible de la structuration des principales composantes de la diversité des poissons pélagiques de Polynésie française. Par ailleurs, le projet DIVPEL-DCP a permis de tester et de caractériser la portée et les limites d'un protocole de suivi innovant de la diversité de l'ichthyofaune agrégée sous les Dispositifs de Concentration de Poissons (DCP) à partir de recensements visuels standardisés. D'un point de vue méthodologique, nos résultats suggèrent que l'ensemble des éléments de ce protocole (technique d'observation, effort d'échantillonnage, indices de suivis, méthodes d'analyse des données) pourrait constituer une approche opérationnelle innovante pour suivre et anticiper la réponse de la diversité de l'ichthyofaune épipélagique face aux pressions anthropiques et au réchauffement climatique. Il s'agit là d'un résultat d'autant plus important que le protocole a été développé, dès l'origine, de manière à pouvoir être facilement adapté au contexte et aux contraintes des pays du sud et des suivis à grande échelle spatiale.

Perspectives:

L'effort de collecte de données s'est poursuivi jusqu'en fin 2014 afin d'essayer d'accroître le volume de données collectées et de mieux évaluer la possible influence de sources saisonnières de variabilité. Les données collectées par DIVPEL-DCP sont utilisées dans la thèse de doctorat de N. Loiseau (UMR-241 EIO). Une publication basée à la fois sur les données récoltées par DIVPEL-DCP et sur des données collectées selon le même protocole dans Sud Ouest de l'Océan Indien (Programme BIOPS) est en cours de préparation. Elle vise à proposer la première analyse comparative à grande échelle de la diversité des poissons pélagiques entre plusieurs régions issues du Pacifique Sud (Polynésie française) et de l'Océan Indien. Le projet DIVPEL-DCP a permis l'émergence d'une  nouvelle thématique de recherche sur la « Diversité des poissons pélagiques » en Polynésie française au sein de l‘UMR « Ecosystèmes Insulaires Océaniens » (EIO). Le caractère fédérateur de DIVPEL-DCP a contribué à une évolution de l'organisation de l'UMR 241-EIO, via la création, dès le 01/01/2014, d'une nouvelle équipe : "Structure des communautés : réponses aux forçages et biodiversité" (FORDIV). Un des axes structurant de cette nouvelle équipe est désormais explicitement ciblé sur l'étude du suivi et de la réponse de la diversité en milieu pélagique. Les agents rattachés à 3 des partenaires fondateurs de l'UMR 241-EIO (i.e. IRD, UPF et Ifremer), qui ont participé à DIVPEL-DCP, se retrouvent tous dans l'équipe FORDIV afin de faciliter la poursuite des actions dans ce domaine.


Contacts et partenaires : Jean-Claude.Gaertner(at)ird.fr
- UMR 241 EIO (UPF/IRD/Ifremer/ILM) : Jean-Claude Gaertner (Institut de Recherches pour le Développement, IRD), Nicolas Loiseau (Univ. Polynésie française, UPF), Marc Taquet Nicolas (Ifremer) - Nicolas Maihota (IRD)
- Direction des Ressources Marines et Minières (DRMM) de Polynésie française : Mainui Tanetoa, Frédéric Faana, Joseph Campanozzi
- UMR EME (IRD/Ifremer/UM2) : Frédéric Ménard (IRD), Bastien Mérigot (Univ. Montpellier 2, UM2)
- Agence Marine des Aires Protégées (AAMP) : Anne Sophie Duron