Recueil des savoirs sur la biodiversité et l'environnement dans le Pacifique Sud

Collecter des savoirs traditionnels en matière de biodiversité terrestre et marine incluant les dimensions d'appropriation et de territorialisation de ces connaissances et commençant à aborder (sur un mode qualitatif et exploratoire) les questions de leur distribution, de leur transmission et de leur évolution face aux nouvelles politiques liées à la biodiversité, à sa conservation et à sa valorisation

> Action GOPS 2010

Mots-clés : biodiversité, culture, environnement, langues, normes, pratiques, relations société-environnement, savoirs locaux, territoires, transmission.

Budget: GOPS 21 250 euros

Porteur de projet: Pierre-Yves Le Meur (IRD Nouméa)

Zones géographiques concernées : Nouvelle-Calédonie – Polynésie Française (Moorea)

Problématique : Les savoirs liés à la biodiversité constituent un domaine de recherche favorable à un dialogue fertile entre sciences de la nature et sciences de l'homme et de la société. L'apport des SHS à ce dialogue passe par une problématisation de la question et des propositions méthodologiques.

La problématisation tourne autour de la reconnaissance de la variabilité culturelle des découpages de la réalité, des classements cognitifs et des relations entre savoirs. En d'autres termes, travailler en sciences sociales sur la biodiversité implique de s'intéresser aux domaines connexes de la cosmologie, des normes et des droits, de la propriété et de la territorialisation, en bref au domaine des représentations du monde dont les fonctions sont à la fois cognitives et normatives.

Les propositions méthodologiques peuvent s'articuler en trois axes :

[1] Recenser les savoirs locaux en matière de biodiversité, en se focalisent sur le triangle objet (tout ou partie)/nom (vernaculaire, scientifique, etc.)/usage (alimentaire, curatif, rituel, propitiatoire ou annonciateur, etc.) et en mettant en évidence le caractère relationnel des savoirs portant sur le lien homme/environnement (au-delà d'une approche purement taxonomique).

[2] Analyser les modalités de distribution, de circulation (synchronique) et de transmission (diachronique) de ces savoirs ; identifier l'existence d'experts (par rapport à tel ou tel domaine) ; évaluer les éventuelles tendances à la déperdition des savoirs (par non-transmission, non-usage, disparition des transmetteurs…) ou à la transformation (au contact avec des projets ou des politiques venant modifier les rapports des sociétés locales à leur environnement).

[3] Caractériser les communautés détentrices de savoirs et leur inscription territoriale (y compris ses transformations et mouvements dans le temps).
 

Enjeux éthiques et politiques :

Les questions d'approche et de méthode sont traversées d'enjeux politiques et éthiques. En l'occurrence la question de la patrimonialisation de la nature et des savoirs s'y rapportant est structurante par rapport au champ de cette recherche, avec en particulier le classement par l'UNESCO d'une partie du lagon néo-calédonien au patrimoine mondial de l'humanité et le dossier en cours de traitement des îles Marquises. Dans ce contexte, il ne s'agit plus simplement de travailler sur les savoirs locaux mais avec les populations et via des enquêteurs/médiateurs dans une logique d'accompagnement et de coproduction des connaissances. Les questions éthiques sont également sensibles dans ce domaine et devront être débattues collectivement, concernant l'explication de la démarche et des enjeux, la valorisation des résultats (au-delà des seules publications scientifiques), l'accès aux données collectées, et plus largement la question des droits de propriété intellectuelle, sachant que la Nouvelle-Calédonie s'apprête à légiférer en la matière (loi du pays en préparation).
 

Programme de recherche :

L'objectif du programme est la collecte des savoirs traditionnels en matière de biodiversité terrestre et marine incluant les dimensions d'appropriation et de territorialisation de ces connaissances et commençant à aborder (sur un mode qualitatif et exploratoire) les questions de leur distribution, de leur transmission et de leur évolution face aux nouvelles politiques liées à la biodiversité, à sa conservation et à sa valorisation.

Il s'appuiera sur, et renforcera une action déjà lancée sur le thème dans l'archipel des Marquises et élargira la focale en direction de Moorea et de la Nouvelle-Calédonie (site à définir) dans une perspective comparative.

Le programme comportera une dimension centrale de formation d'enquêteurs/médiateurs locaux (polynésiens et néo-calédoniens) qui participeront à la fois l'organisation de la collecte et à la mise en forme des données (avec les chercheurs) sur les savoirs locaux.

Il permettra de renforcer et de développer des partenariats entre institutions de recherche et associations autochtones en Nouvelle-Calédonie et Polynésie française.

Travaux réalisés:

Les objectifs du programme ont été atteints via la combinaison d'ateliers ouverts aux chercheurs et aux étudiants, et internes à l'équipe, de réunions avec des experts locaux en matière de savoirs locaux, d'entretiens collectifs et d'interviews individuelles.
L'équipe a travaillé sur les trois îles des Marquises du Sud (Hiva Oa, Fatu Iva, Tahuata) en se divisant en deux groupes pour les deux dernières îles. Des membres de l'Académie marquisienne ont joué un rôle essentiel de médiateurs et de traducteurs au cours des entretiens et leurs connaissances en ont fait des personnes ressources importantes.
Les informateurs ont été choisis en fonction de leurs connaissances (et de leur réputation en la matière) dans différents domaines – usages ornementaux, médicinaux et artisanaux des plantes, sculpture sur bois et sur pierre – en lien avec un savoir plus large sur les territoires, l'histoire et le domaine mythico-religieux.

Résultats:

Les réunions d'experts et les entretiens collectifs et individuels ont forcis de débager uorcontaux cembrd'hypotothsales sur les savoirs locaus liés à la naturs dans des Marquises du Sux.

Preclatioe des savoies. la question de la>Preclatiojuridplique les savoirdiv-à-vires de exacté Meurn face à us éventula b-prgitusagt paexesimp) n' la rtémergitésaufon de la port de, scullteur) qux chercront a>Pr dyser les ectifqu'inele crsmentt paexesimp ee iisortant surane dimensios individuelfn de la créatio) et esigernantlteurœuvrl)es. la question de la>Preclatiod les savoirs locauant étt egitlynntrde e tra(sitenes termis de déperditios et angorscon de la non-transmissions et ntenes termijuridpliqces. Leguctérscteurx nels on (toea foit faia port de réflexiifs et d'int prications surana question de leuresptioriabilitr enasue d'ad ideles. ir pl,ur les démarcres de lDCKes en Nouvelle-Calédonioeau de l'Académie marquisien,ne itiouales sus pcn,ns onbuocéco s'intéreitl des personnes ititrrséess onorcontaques sonapprêels à poayser leurs connaissances pou'une ifqu'uvellesune p idet).

Preclatioititreet lessprroits et le aahiquel'oclt lesstde roccurrt)es. Dann d'autrenass)o en.obsents uneiinaisor plufmports entre la planre et lmagthico-religie,esa insde ' us troithèmtypmme esn cenllé sudques e aux argitensymbompliqnement, ndes r court d les plantrspéPacifiqirs. En d'autres termessiis lioitisidtièrr le trianglguctérscters-plae-s e ,ux acuaine dee comsplantrpeutle dtainesullioltrenases.

Accèe et poayer deAvplaugives.

LMateur> Pierre-Yv,lCoutumees, nor,ns locrsités autochtie…rt à llumatière d lahblématiqod les savoirs locat).

 

:

>
  • Pierre-Yves Le Meurenth proialog)onGeneRivivrpM chsies (hnbosa iree),uJean-Bntri/H ternschmide (s géograg)>
  • 0" style="marg-left: 4700px;"BacemidsageTc. 22reSsavoirs traditionnelstla biodiversiténdt Polynésie françai,lC cultu , et recherch126nt«re&nbsP patrimoints le9;Outre-mre&nbs»re&nbs:e32 p.u>

    0" style="marg-left: 4700px;"BacemidsageT,p> LMateur>.-Y.,ls à paîooi,n«re&nbsS savoirs locauxa biodiversité egs ouvnrtccte des ressources naturîlet aux îles Marquisre&nbs»,messnsmission>Revue'enth proialiine dee connaissanceu>

    0" style="marg-left: 4700px;"BacemidsageT,p> LMateur>.-Y.,lBaturigeTcs en préparati, : Les savoirs traditionnel:s, pratiq,es drors et autochtieeu>

    0" style="marg-left: 4700px;"BacemidsageT,p> LMateur>.-Y.,lRigo,lBc. 20, : Les savoirs traditionnels liés à la biodiversitt aus Marquises du Sre&nbs:eqntuelleinnovntations dans lu champ de la biodiversitre&nbs? ">Cootiqo«re&nbsT traditifs et novntatire&nbs»,mJ tounnée de'9;Outre-m,et pis69, /11/. 20eu>

    0" style="marg-left: 4700px;"BacemidsageTan moa, > LMateur> Pierre-Yv,lRigo,lBuvnrrd . 22reL'rshâlassemens socite des savoirs traditionnelt aus Marquises du Sre&nbs:eqntuestions de méthomfs et p;usag,lCocg ccèp de lS sociétet intentatitrale d hnn-biolpageM copuri-m,e20-25ex m . 22eu>

    0" style="marg-left: 4700px;"s Le MeuY.,ln>2012 -">ecueil des savoirs sur la biodiversité et l'environnement aux îles Marquis.lRarapporficir AAPon GOPS 20,ln4 p.u>